fbpx

De jeune de la DPJ à préposé aux bénéficiaires

22 septembre 2020

Chaque année, la Fondation remet des bourses d’études pour permettre aux jeunes de la DPJ de poursuivre leur parcours académique. Cette aide financière donne l’impulsion nécessaire pour démarrer un projet de vie et amorcer l’âge adulte avec confiance. Voici l’histoire de Walid*, un jeune de la DPJ au parcours difficile, qui a décidé de se relever les manches et de donner au suivant, en allant au front pour combattre la Covid-19 grâce au soutien reçu par la Fondation.

Une adolescence difficile

À la maison, l’ambiance évolue rapidement vers un climat d’insécurité, de tension et de violence.

L’adolescence de Walid est marquée par les crises familiales, la délinquance et les fugues.

À la suite d’un signalement à la DPJ, Walid est amené dans un centre d’hébergement d’où il fuguera plusieurs fois jusqu’à ses 17 ans. Ses premières années à la DPJ ne sont pas faciles. Il se révolte, et ne prend pas toujours les bonnes décisions. Il n’est pas encore prêt à accepter la main que lui tendent les éducateurs. Il est alors envoyé au centre de réadaptation de la Cité-des-Prairies (CDP).

« Rendu là, je n’avais plus le choix. Il fallait que je fasse quelque chose. »

Un déclic au secondaire

« Alors j’ai foncé sur l’école. »

À 17 ans, Walid est en secondaire 1. Il tire profit du faible effectif de sa classe et de la disponibilité de son professeur pour accélérer son apprentissage. Faisant preuve d’assiduité, il parvient à réussir 2 années en 1.

Le soutien continu des éducateurs lui donne suffisamment confiance pour croire en sa capacité à réussir. Walid apprend la discipline et la maîtrise de soi. À 21 ans, il termine son secondaire.

Et là, arrive la Covid…

La Fondation a supporté son projet de retour aux études en finançant ses livres, ses cours et sont transport. Sans le soutien de la Fondation, Walid n’aurait pas pu se permettre de poursuivre ses études. Aujourd’hui, il travaille et est inscrit au Cégep à temps plein.

« Aujourd’hui, je suis vraiment reconnaissant envers tous ceux qui m’ont sauvé. Et l’école et la Fondation en font aussi partie. »

Au-delà de l’appui financier, un soutien humain

Grâce à la générosité des donateurs, la Fondation peut apporter son soutien à des jeunes qui ne pourraient pas conjuguer études et travail.

Le programme Transition vers la vie autonome encourage leur persévérance scolaire en les aidant à couvrir certains frais relatifs à leurs études et à leur quotidien en autonomie. Les gestionnaires du programme apportent un soutien humain et tentent de briser l’isolement de ces jeunes adultes livrés à eux-mêmes.

Fabienne Audette, directrice générale de la Fondation des Jeunes de la DPJ, est fière de l’accomplissement des jeunes comme Walid, déterminés à réussir: « Chaque fois qu’un jeune envoie fièrement une photo de son diplôme ou qu’il endosse son uniforme de travail, c’est toute une communauté qui doit l’applaudir haut et fort! »

*Le nom est fictif, mais chaque détail de l’histoire est vrai